André Lévesque Publié le 12 février 2017 par | Mis à jour à 18:00

Je suis né à l’hôpital Saint-François d’Assise

Hopital Saint-François-d'Assise

Chambre privée, 1949. Source : Archives de Hôpital Saint-François-d’Assise.

Enfant, j’ai aussi été hospitalisé deux fois à l’hôpital Saint-François d’Assise : d’abord pour une appendicite aiguë et plus tard, pour l’ablation des amygdales, chirurgie très (trop) fréquente « dans mon temps », les années 1950.

Hôpital Saint-François-d'Assise, 1950,  Paul Carpentier- Centre d'archives de QuébecD’aussi loin que je me souvienne, mes deux séjours à l’hôpital Saint-François d’Assise ont été agréables – en autant que séjourner dans un hôpital puisse l’être.

Je me rappelle que pour l’appendicite, je suis resté une semaine à me faire gâter par le personnel soignant, composé de religieuses et d’infirmières laïques. On prenait le temps, car on avait le temps, à cette époque, de s’assurer que le patient était capable de rentrer chez lui après une opération.

Pour ma deuxième chirurgie, encore du « bonheur », gâté à la crème glacée par des religieuses attentionnées.

Je n’aime pas dire « dans mon temps, c’était mieux », car les choses ont bien changé depuis les années 1950. La clientèle a augmenté considérablement, le personnel est débordé, stressé, souvent à la limite du burn-out. Quel travail ingrat pour ces gens dévoués !

Je n’étais jamais retourné à cet hôpital, Dieu merci, depuis mon enfance. Mais en 2000, ma mère y fut hospitalisée. C’est à Saint-François d’Assise qu’elle mourut après un court séjour où elle reçut d’excellents soins.

Le cycle de la vie : ma mère a donné la vie à Saint-François et elle y a terminé la sienne.

À lire aussi : Hôpital Saint-François d’Assise : 100 ans en santé

Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePin on Pinterest0Share on LinkedIn0

Écrire un commentaire


Nom :

Courriel :

Site web :

Attention : avant de soumettre votre commentaire, assurez-vous qu'il respecte notre Nétiquette.