Valérie Marcon Publié le 23 janvier 2017 par | Mis à jour à 06:00

Place publique de Maizerets : le site d’accueil est confirmé

La place publique éphémère de Maizerets s'élèvera sur le parvis de l'église Saint-Pascal et son boisé environnant.

La place publique éphémère de Maizerets s’élèvera sur le parvis de l’église Saint-Pascal et son boisé environnant.

La future place publique éphémère de Maizerets prend forme alors que le choix du site est maintenant fixé : dès juin 2017, c’est sur le parvis de l’église Saint-Pascal que sera aménagé ce nouveau lieu de rendez-vous pour le quartier. La décision a été prise lors d’un premier atelier de design participatif, qui s’est déroulé mercredi dernier afin de définir les grandes lignes du projet entre citoyens du quartier.

Cette place éphémère se veut le premier pas vers la consolidation d’un noyau urbain dans le quartier Maizerets. Les conclusions d’une étude de 2014 sur le potentiel d’écoquartier du secteur Maizerets, réalisée pour le compte du conseil de quartier, avaient fait ressortir le manque de sentiment d’appartenance des résidents au quartier.

Ce qui ressortait surtout, c’est que nous avions besoin d’un cœur de quartier vivant », a souligné Martial Van Neste, président du conseil de quartier de Maizerets.

maizerets place publiqueAussi le conseil appelait-il de ses voeux cette place publique, qui est en voie de se concrétiser aujourd’hui avec la volonté d’en faire un projet mobilisateur pour les citoyens. C’est d’ailleurs sur ce ton que Geneviève Hamelin a ouvert la soirée d’atelier, mercredi dernier, au centre Mgr-Marcoux : « On veut une place qui vous rassemble et qui vous ressemble », a lancé la conseillère municipale du district Maizerets-Lairet au nom de la Ville de Québec, qui collabore au projet au même titre que le CIUSSS.

Un atelier riche en échanges

Ce premier atelier de design participatif aura donc réuni une trentaine de participants, parmi lesquels, au grand regret de Martial Van Neste, on comptait une faible représentation des communautés culturelles, pourtant nombreuses dans le quartier.

maizerets place publiquePour mener ces rencontres, le conseil a investi 10 000 $ du budget de son Plan directeur de quartier afin de s’adjoindre les services de l’Atelier Le Banc. C’est donc sous l’animation de Jean-Philippe Simard que les participants ont été amenés à travailler en petits groupes afin de faire ressortir les éléments constitutifs de l’identité du quartier, les lieux marquants et les défis.

L’emplacement de la place publique a fait partie des discussions. Sur la table, deux propositions : les 11 espaces de stationnement situés dans le triangle formé par la 18e Rue, la Canardière et Bardy ; ou devant l’église Saint-Pascal. Jugé exigu, peu sécuritaire et sans envergure, le premier site aura rapidement été écarté au profit du second. Le terrain, que prêtera la Fabrique, est un lieu déjà fréquenté et visible depuis la Canardière.

maizerets place publiqueL’envergure du site a également charmé les participants, qui proposent d’y implanter une variété d’espaces pour convenir à tous, notamment aux familles, tout en valorisant aussi la diversité culturelle du quartier. Un coffre à jouets, des espaces de jardinage, une bibliothèque communautaire, du mobilier urbain invitant au repos, un piano, des animations variées, des supports à vélos ont été autant d’éléments proposés par les participants et qui vont servir de base de réflexion pour la conception de la place.

Prochaine rencontre et échéancier

L’équipe de l’Atelier Le Banc reviendra ainsi devant les citoyens le 15 février prochain, avec deux propositions d’aménagement et des idées d’activités. Les citoyens du quartier seront donc à nouveau conviés à venir s’exprimer sur leur place éphémère version 2017.

Car à l’instar de la Plaza Limoilou, le projet de Maizerets s’étalera sur deux années : une première année test dès cet été, puis une version peaufinée en 2018, pour en arriver, à terme, à une place publique permanente dans le quartier. M. Van Neste de souhaiter, en conclusion :

On veut créer quelque chose, alors ça peut prendre plus qu’une année, mais on veut que les gens s’impliquent et qu’on sente qu’il y a eu une participation des résidents. »

Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePin on Pinterest0Share on LinkedIn0

1 commentaire

  • Si on veut un “cœur de quartier vivant” il faut le faire vivre. Ça manque cruellement dans Maizerets.

Commentaires fermés