Thomas Thivierge Publié le 21 février 2017 par | Mis à jour à 06:00

L’art pour lutter contre la radicalisation

Une vingtaine de participants ont mis leur créativité au service (Photos courtoisie : Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence)

Une vingtaine de participants ont mis leur créativité au service de la lutte contre le racisme. (Photos courtoisie : Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence)

En plein cœur du premier Festival contre le racisme de Québec, le Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV) y est allé d’une initiative originale pour lutter contre le racisme : un atelier de création d’affiches.

L’activité en question s’est déroulée samedi dernier au Cégep Limoilou ; une vingtaine de personnes se sont déplacées pour créer des affiches porteuses de messages prônant la tolérance et le pacifisme.

Cette initiative du CPRMV a pris son essor dans la foulée de la mise en place du Festival contre le racisme. Pour Benjamin Ducol, responsable de la recherche au CPRMV, le festival offrait une belle fenêtre pour ce type d’atelier de sensibilisation.

On trouvait que c’était le bon moment pour faire une activité de sensibilisation et de prévention à Québec à cause du Festival contre le racisme, qui se tient d’ailleurs en partie à Limoilou […]. C’est important pour nous d’être dans ce quartier, car c’est un secteur où il y a une présence plus accrue de groupes racistes et extrémistes ; toutefois, la sensibilisation doit être faite à grande échelle. »

Info-radicalM. Ducol mentionne que lorsque l’on combat la radicalisation et le racisme, il ne faut pas voir seulement les petits gestes individuellement, mais surtout la portée qu’ils peuvent avoir et, donc, les actions qui en découlent.

Le but derrière cette activité, c’est de rassembler des gens ayant des visions différentes de la société pour trouver des moyens pour qu’on puisse vivre ensemble malgré nos idées et opinions divergentes. L’idée n’est pas de changer le monde avec des affiches, mais bien de donner un lieu et un moment pour que les gens discutent sur le racisme et la radicalisation et qu’à partir de ça, on puisse donner des pistes de solution. »

Faire la pédagogie de la radicalisation

Le CPRVM envisage de se rendre dans la plupart des cégeps de Québec et peut-être même à l’Université Laval pour y tenir d’autres ateliers de sensibilisation au courant des prochains mois. Benjamin Ducol et ses collègues souhaitent faire la pédagogie de la radicalisation sans tomber dans un Info-radicaldiscours moralisateur.

L’important pour nous quand on fait des ateliers de sensibilisation, à la différence d’une conférence : on essaie de rentrer davantage dans la logique de qu’est-ce que le racisme. Qu’est-ce que la radicalisation ? […] J’ai un collègue originaire de Limoilou, Maxime Fiset, qui vient avec moi durant les ateliers pour donner le point de vue plus humain de la chose, alors que moi, je suis dans une idée plus pédagogique ; je crois que c’est important d’avoir cette balance quand on parle de ce sujet afin de rejoindre le plus de gens possible. »

L’atelier a duré plus de deux heures et les affiches en question ont par la suite été accrochées à La Source de la Martinière, où le rappeur Webster, originaire de Limoilou, tenait un concert en soirée.

Cette journée fut également marquée par une manifestation contre le racisme qui a rassemblé plus de 200 personnes dans les rues de Québec. Le Festival contre le racisme s’est tenu du 14 au 18 février.

Centre de prévention de la radicalisation menant à la violence

Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePin on Pinterest0Share on LinkedIn0

Écrire un commentaire


Nom :

Courriel :

Site web :

Attention : avant de soumettre votre commentaire, assurez-vous qu'il respecte notre Nétiquette.