André Lévesque Publié le 26 février 2017 par | Mis à jour à 18:00

Deux ans à l’école secondaire Jean-de-Brébeuf

École secondaire Jean-de-Brébeuf

L’école secondaire Jean-de-Brébeuf. 18 février 2017. Ci-bas, l’école en construction, vue en direction SE. 29 février 1960. Archives de la Ville de Québec.

Quand j’ai commencé ma 10e année à Jean-de-Brébeuf, en 1961, cet établissement était presque neuf.

1960-jc1200936En 1960, une imposante construction située à l’angle de la 18e Rue et de la 8e Avenue, au centre du parc Ferland à Saint-Fidèle, devenait le premier parc-école de la CECQ [Commission des écoles catholiques de Québec] et prenait le nom d’école secondaire Jean-de-Brébeuf. L’administration et la direction furent confiées aux frères du Sacré-Coeur en janvier 1961, et le premier directeur fut le frère Pierre.

Les élèves, au nombre de 1200, avaient le choix entre le cours scientifique, le cours sciences-mathématiques, le cours sciences-lettres, le cours commercial et le cours général. Certaines classes du cours classique vinrent aussi s’ajouter pendant quelques années. » — « Une oeuvre d’éducation : les frères du Sacré-Coeur », Cap-aux-Diamants, 1996.

Moi, j’ai choisi sciences-mathématiques pour ma 10e et ma 11e année. Bon choix, car nous avions de super professeurs. Exigeants, passionnés par leur travail, nos enseignants nous donnaient le goût de nous surpasser.

À tous les matins et à tous les midis, le frère Pierre était planté à l’entrée de l’école et il surveillait afin que tout se passe dans le calme. Malheur à ceux qui étaient dissipés ! Pas de « pousaillage » ou c’était la retenue…

Je me souviens de l’uniforme brun que nous devions porter au gym et du fameux coupe-vent de l’école qui faisait rêver, mais qui était trop cher, pour moi en tout cas…

En 11e année, j’ai participé au concours oratoire organisé par les profs de français. Le thème était le drapeau canadien qui, à l’époque, n’était qu’un projet — l’unifolié ne sera adopté qu’en 1965. Je me suis rendu en grande finale et j’ai fait mon numéro devant tous les élèves réunis dans la grande salle. Je suis arrivé deuxième, me méritant une plaque souvenir. L’école Marie-de-l’Incarnation a aussi invité les deux finalistes à refaire leurs prestations devant les filles de l’institution. Le bonheur de « performer » devant ce public féminin !

Je n’ai que d’excellents souvenirs de mon passage à Jean-de-Brébeuf. Une école bien tenue à deux pas de chez nous.

Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePin on Pinterest0Share on LinkedIn0
Mots-clés : ,

Écrire un commentaire


Nom :

Courriel :

Site web :

Attention : avant de soumettre votre commentaire, assurez-vous qu'il respecte notre Nétiquette.