Stéphanie Vincent Publié le 10 février 2017 par | Mis à jour à 06:00

Chez Carlos Café : chaleur colombienne à Limoilou

Chez Carlos Café

Sur l’avenue Ozanam, tout près de l’hôpital Saint-François d’Assise, se trouve un petit café-boulangerie annoncé discrètement. En pénétrant à l’intérieur, la musique latino, les couleurs vives et le charmant accent du propriétaire nous transportent toutefois bien loin de l’hiver québécois. Bienvenue chez Carlos Café.

Un héritage colombien

C’est autour d’un chocolat chaud, colombien il va de soi, que je rencontre Carlos. Ce dernier est arrivé au Québec il y a plus d’une dizaine d’années avec sa famille. S’il s’est installé à Sainte-Foy, c’est à Limoilou qu’il a choisi d’établir son commerce une fois le moment venu. Ce fils de boucher, qui a obtenu son diplôme en génie industriel en Colombie, a appris le métier de boulanger et de restaurateur sur le tard, perfectionnant son savoir culinaire traditionnel à distance, en restant en contact avec ses proches restés au pays natal.

Après avoir racheté les infrastructures d’un ancien service de traiteur à Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier il y a cinq ans, Carlos s’est mis à fabriquer des empanadas, en vue de distribuer ses produits à plus grande échelle. Comme le temps commençait à se faire long avant que son projet ne décolle, il a aussi appris à faire des churros, puis de la boulangerie.

La raison pour laquelle j’ai commencé à regarder pour avoir mon point de vente, Chez Carlos Café, c’est parce que je trouvais que les gens qui vendaient ou distribuaient mes produits ne les appréciaient pas à leur juste valeur. »

La Colombie comme si vous y étiez

Chez Carlos CaféDepuis, son projet de café-boulangerie a largement évolué. Les arepas, à base de pain de maïs, ont pris la place des sandwichs sur le menu. De plus, le chef sert désormais des repas typiquement colombiens. Ceux-ci sont préparés sur place, tandis que les pains et viennoiseries sont toujours produits à Sainte-Catherine.

Sa passion pour la cuisine est liée à ses valeurs familiales. Si le Café attirait surtout la communauté latino au départ, la clientèle est désormais très variée. Le bouche-à-oreille fait son chemin, car une bonne partie des nouveaux clients qui débarquent chaque semaine viennent découvrir la cuisine de Carlos sur la recommandation d’amis ou de connaissances qui ont visité l’endroit.

Il y a même des gens colombiens qui viennent et qui disent qu’on mange mieux ici qu’en Colombie. Parfois, je suis un petit peu gêné ! » lance-t-il en toute modestie.

La qualité avant la quantité

Chez Carlos CaféPicada, ajiaco, churrasco, tilapia rouge… Carlos offre chaque semaine différents plats traditionnels, la plupart à base de viandes, de haricots, de poissons et de fruits de mer, souvent accompagnés de bananes plantains.

C’est gratifiant quand les gens aiment beaucoup [la cuisine], mais en même temps, c’est beaucoup de responsabilités. Il faut aimer la restauration. »

Même s’il fait de longues journées de travail, le chef et propriétaire est dévoué et animé par le désir de prodiguer au client un service personnalisé et une nourriture de qualité. Plusieurs membres de la famille lui prêtent également main-forte au sein de l’entreprise.

S’il aimerait que ses produits de boulangerie typiquement colombiens soient éventuellement distribués à plus grande échelle, il préfère encore la qualité à la quantité. Pour l’instant, le café fêtera son deuxième anniversaire au printemps prochain.

Chez Carlos Café
1398, rue Ozanam
Ouvert du jeudi au dimanche

Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePin on Pinterest0Share on LinkedIn0
Mots-clés : ,