Jean Cazes Publié le 19 février 2017 par | Mis à jour à 07:00

Centre Jean-Guy-Drolet : 80 ans au service des Limoulois (4 et fin)

Centre Jean-Guy Drolet

Jean-Guy Drolet inaugure les nouveaux locaux du centre nommé en son honneur. Parmi les dignitaires, Jean Drolet, deuxième à partir de la gauche. 2 mai 2014.

Dans le cadre du 80e anniversaire du centre Jean-Guy Drolet, son directeur livre à Monlimoilou un survol des faits marquants de son histoire. En conclusion de cette série, Jean Drolet évoque la consolidation de l’organisme soulignée par les derniers grands chantiers sur son site d’origine.

Quarante-six ans après son inauguration, le centre récréatif Saint-François d’Assise se voit confier par la Ville la gestion du centre communautaire Ferland, sur la 8e Avenue. Mais en dépit de ce vent de renouveau, la situation financière de l’organisme demeure fragile au tournant des années 1980.

Rénos et logements sociaux

Centre Jean-Guy DroletLa rationalisation est ainsi à l’ordre du jour au début de la décennie 1990. Conclusion d’un « choix administratif déchirant pour sa survie », le centre fera l’objet d’un réaménagement majeur de ses installations, raconte Jean Drolet, nommé directeur quelques années plus tôt.

Nous avons dû nous débarrasser de la vieille partie de 1936 qui était condamnée par le Code du bâtiment, ce qui a réduit nos espaces au centre. Notre comité, avec mon père, s’est aussi concentré sur le développement du volet “sport” à Ferland, avec sa piscine et ses deux gymnases alors que la nôtre de 1953 devenait désuète. […] De plus, à l’époque, il y avait déjà une préoccupation du milieu quant à l’avenir de l’église Saint-François d’Assise et la construction de logements sociaux, quasi inexistants dans le quartier, s’avérait urgente. Conscients de notre héritage à léguer, nous avons donc planché sur un projet mixte d’habitation intégrant l’église avec son presbytère. Cela, en collaboration avec la Ville et la Société immobilière du Québec. »

Centre Jean-Guy DroletFinalement, la fabrique a vendu le presbytère aux Augustines, et la paroisse a hérité des 18 logements sociaux construits sur le site de l’ancienne section que le centre récréatif Saint-François d’Assise leur avait cédée.

En contrepartie, en cette année 1993, la Société d’habitation du Québec a restauré l’immeuble restant de la rue Royal-Roussillon. « Mais de nécessaires mises aux normes restaient à y être effectuées. »

Un agrandissement « par l’intérieur »

Villa RingfieldAvec l’arrivée du millénaire, le centre récréatif Saint-François d’Assise poursuit son expansion dans Limoilou en prenant sous son aile les activités du centre Marchand, du côté de Lairet.

D’autre part, l’organisme fait l’acquisition de la Villa Ringfield, joyau du quartier localisé à quelques pas sur la rue La Sarre, et dont il souhaiterait voir un jour la façade restaurée dans l’esprit d’époque. Le centre y occupe le rez-de-chaussée.

Centre Jean-Guy Drolet Enfin et surtout, 2014 marque un dernier agrandissement du centre communautaire Jean-Guy Drolet (CCJGD) — ainsi officiellement renommé en 2004 —, cette fois « par l’intérieur », explique son directeur.

Comme nos espaces communautaires venaient à manquer vingt ans après les premières rénovations, on a donc fait aménager deux salles à partir de l’ancien gymnase. Notre demande auprès des gouvernements avait aussi retenu l’attention du fédéral pour une raison en particulier : l'”accessibilité universelle”, qui a nécessité également l’ajout d’un ascenseur tout aussi utile aux mamans avec poussettes qu’aux personnes à mobilité réduite. »

Objet de ce reportage dans Monlimoilou, la fin des travaux au coût de 1,1 M $ a été soulignée en grandes pompes le 2 mai 2014, notamment en présence de Jean-Guy Drolet.

« Un rôle prépondérant de socialisation »

Centre Jean-Guy DroletL’an dernier marquait donc le 80e anniversaire du CCJGD. Un événement certes moins grandiose que le 75e, poursuit Jean Drolet, mais souligné de façon particulière lors d’expositions en avril où ont été honorés d’autres personnalités qui l’ont forgé.

Comme nos activités reposent beaucoup sur nos bénévoles, on a ainsi renommé nos deux nouvelles salles en hommage à Raymond Déry, qui s’est investi pendant 25 ans comme président et dans le hockey mineur entre autres, et à l’abbé Paul-Émile Goudreau pour son apport à la vie de la jeunesse dans la paroisse. »

Centre Jean-Guy DroletAu passage, le directeur glisse un mot sur le rôle d’« ambassadeur politique » du député André Drolet. « Aucun lien de parenté », tient-il à préciser d’entrée de jeu afin d’éviter toute ambiguïté. « Mais nous avons depuis longtemps établi des liens étroits au centre étant jeunes, entre nos familles, avec mon père. »

Comme à sa fondation en 1936, le CCJGD joue encore un rôle prépondérant de socialisation au sein de la communauté limouloise, insiste Jean Drolet.

L'”étiquette” qui nous colle, c’est le loisir. Mais ici, en plus de jouer aux quilles, on vient aussi prendre un café et participer à toutes sortes d’activités sociales. Cela, dans beaucoup de cas, pour contrer l’isolement. […] Au cours de notre histoire, nous avons été en quelque sorte l’incubateur de bien des organismes d’aide dans le quartier : le Relais d’Espérance, Autonhommie, des maisons de jeunes… »

Centre Jean-Guy DroletGrâce à un autofinancement qui comble actuellement 70 % de son budget annuel, le centre communautaire Jean-Guy Drolet est en mesure de poursuivre sa mission par le biais, entre autres, de son restaurant, de ses quilles, de son bingo et des inscriptions à ses activités.

Jusqu’à quand ? On se posait la question dans les années 1980, et pourtant, on trouve toujours des solutions. […] Nos défis sont toujours les mêmes depuis des décennies, comme la relève au conseil d’administration et maintenant, se faire mieux connaître des gens d’affaires pour qu’ils nous appuient. D’autant plus que ce milieu reconnaît notre héritage et nos efforts d’autofinancement », conclut Jean Drolet avec optimisme.

Centre Jean-Guy Drolet
16, rue Royal-Roussillon
418 529-2825

Centre Jean-Guy Drolet

Lire le 3e billet sur les origines du CCJGD.

Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePin on Pinterest0Share on LinkedIn0