Julie Gouin Publié le 10 novembre 2016 par | Mis à jour à 19:00

Des citoyens préoccupés par le projet d’élargissement de la Laurentienne

Autoroute Laurentienne

Autoroute Laurentienne (Photo : Google Maps)

Préoccupés par le projet d’élargissement de l’autoroute Laurentienne, des citoyens se sont présentés mercredi soir à la séance mensuelle du conseil de quartier de Lairet. Le bruit, la sécurité et la pertinence du projet ont fait partie des questions adressées à Marc Des Rivières, directeur de la Division des transports de la Ville de Québec, qui avait accepté l’invitation des membres du conseil afin d’exposer la vision de l’administration Labeaume dans ce dossier.

Cette vision, soumise en juillet dernier au ministère des Transports, prévoit notamment l’aménagement d’une troisième voie sur la portion sud de la Laurentienne, entre le boulevard Louis-XIV et la rue de la Croix-Rouge. Cela, afin de désengorger un secteur aux prises avec des problèmes de fluidité.

On a, à Québec, une mentalité qui n’est pas une mentalité de grande ville. Les gens sont attachés à leur voiture. Ils continuent de s’installer à Stoneham », a affirmé M. Des Rivières en laissant entendre que l’ajout d’une voie allait accommoder les gens habitant en périphérie de la ville — un constat qui n’avait rien pour satisfaire les citoyens présents.

À ceux-là, le directeur a néanmoins fait valoir qu’ils y trouveraient aussi leur compte alors que les automobilistes n’utiliseront pas les rues du quartier comme voie de transit. « On cherche à mettre les voitures au bon endroit pour ne pas qu’elles circulent dans le quartier. » Il n’est pas dit non plus que la troisième voie, réservée, n’agira pas comme incitatif à délaisser sa voiture pour l’autobus, a-t-il plaidé.

Pourquoi pas un boulevard urbain ?

conseil-quartier-lairetSoit, mais pourquoi avoir laissé tomber l’idée d’un boulevard urbain au profit de cet élargissement ? ont objecté plusieurs citoyens, qui avaient vu dans ce projet une belle occasion de privilégier les humains plutôt que les voitures. « Pourquoi on parle en nombre de voitures plutôt qu’en nombre de personnes à déplacer ? » a d’ailleurs reproché Vincent Beaudette, membre du conseil de quartier de Lairet.

Un boulevard urbain ne serait pas à la hauteur des attentes en matière d’amélioration de la fluidité de la circulation, a mentionné M. Des Rivières en se faisant le porte-parole du ministère des Transports. Le coût, aussi — 200 millions $ —, aurait joué dans la balance.

Et la sécurité ? se sont enquis d’autres citoyens, qui ont souligné la difficulté de se déplacer à pied ou à vélo entre les secteurs LimoilouSaint-Roch et Vanier à cause de l’autoroute qui traverse les quartiers. La Ville, leur a-t-on répondu, souhaite améliorer les passerelles cyclopédestres en conséquence.

Un mur antibruit peu efficace ?

Le projet d’élargissement de la Laurentienne prévoit également l’édification d’un mur antibruit entre la rue des Lilas Ouest et le boulevard des Cèdres Ouest. La pertinence d’une telle infrastructure a toutefois été remise en question par des citoyens lorsqu’ils ont appris, de la bouche de Marc Des Rivières, que son efficacité se limiterait au rez-de-chaussée des résidences et que ses effets seraient moindres pour les gens ne vivant pas directement en bordure de l’autoroute.

Mais l’élargissement de l’autoroute n’augmentera pas le bruit, s’est-il défendu, sans pouvoir pour autant fournir des données officielles.

Toutes ces questions et ces préoccupations ont conduit les citoyens à demander pourquoi la Ville ne tenait pas de consultation publique pour ce projet. La réponse est venue de la conseillère municipale Suzanne Verreault, qui a expliqué que la consultation serait orchestrée par le ministère des Transports puisque c’est ce dernier qui finance le chantier.

Sécurité civile

Sur un autre sujet, les citoyens ont aussi eu droit à une présentation par Éric Lavallée, coordonnateur en sécurité civile à l’Arrondissement de la Cité-Limoilou, qui a parlé des méthodes et moyens à prendre en cas de sinistres afin d’être bien préparés si des situations comme celles vécues dans les dernières années à Lac-Mégantic ou Fort McMurray venaient à se produire. Il invite tous les citoyens à s’abonner aux alertes et obtenir plus d’informations sur le site de la Ville.

(Avec la collaboration de Viviane Asselin)

Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePin on Pinterest0Share on LinkedIn0
Mots-clés : ,