Viviane Asselin Publié le 16 janvier 2015 par | Mis à jour à 06:00

Usine de biométhanisation dans Maizerets : assez c’est assez, dit le conseil de quartier

Zone industrielle de Maizerets. (Photo archives: 28 avril 2014)

Pour des questions environnementales qui ne seront pas sans impact sur la santé publique, le conseil de quartier de Maizerets demande au maire Régis Labeaume d’abandonner la plus récente version du projet d’usine de biométhanisation qui doit s’implanter dans la zone industrielle de Maizerets, près de la Baie de Beauport.

« Le principal problème avec ce projet, c’est que celui-ci ajoute une charge environnementale supplémentaire dans un quartier déjà en surcharge d’activités industrielles génératrices de dangers potentiels pour la santé de la population », de dire le président du conseil, Yvan Ouellet.

La liste d’exemples est longue alors qu’il cite la présence du Port de Québec, la papetière White Birch, la gare de triage du CN, l’incinérateur de la Ville de Québec, un ferrailleur, une usine de papiers fins et le garage municipal de la Ville : toutes des activités industrielles qui, dans un rayon de deux kilomètres carrés, engendrent du bruit et de la poussière, émettent des gaz et génèrent un fort volume de camionnage. « N’en jetez plus, la cour est pleine et les citoyens de Maizerets ont déjà fait leur part ! », décrient les membres du conseil.

Pour eux, il ne fait aucun doute que ces activités ne sont pas sans conséquence sur la santé publique des citoyens du secteur, mais ils sont beaucoup moins convaincus que l’administration municipale prend ces risques en considération. « En voulant ajouter de nouvelles charges environnementales dans notre quartier, la Ville de Québec démontre-t-elle une réelle préoccupation du cumul des impacts pour la santé publique des citoyens de Maizerets? », s’interroge M. Ouellet.

« Pour améliorer notre rapport à l’environnement » ?

Plus tôt en 2014, la conseillère municipale du district, Geneviève Hamelin, disait comprendre l’inquiétude des citoyens, mais elle faisait valoir les retombées environnementales positives de l’usine de biométhanisation où les matières résiduelles seraient transformées en compost et en biogaz. « C’est installé pour améliorer notre rapport à l’environnement », arguait-elle.

Or, il n’est plus question de compostage dans la plus récente version du projet, rétorque aujourd’hui le conseil de quartier. « Le projet présenté en 2014 propose plutôt que tous les résidus de table de source animale ou végétale et tous les résidus verts soient traités dans Maizerets. Ils serviront principalement à fabriquer du méthane et également un digestat », déplore-t-il.

Aussi entend-il écrire au ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques pour lui faire part de ses inquiétudes sur la plus récente version du projet d’usine de biométhanisation. Il souhaite l’enjoindre à tenir un processus d’évaluation environnementale sous l’égide du BAPE avant d’autoriser tout déploiement d’une telle usine sur le territoire de Maizerets.

Les membres du conseil invitent également la Ville à venir présenter publiquement son projet devant l’ensemble des citoyens de Maizerets et de Limoilou pour qu’ils soient à même d’en juger l’acceptabilité technique et sociale.

[ À lire aussi: L’usine de biométanisation a du plomb dans l’aile ]

Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePin on Pinterest0Share on LinkedIn0

2 Commentaires

  • Je pense que Limoilou est sur une bonne voie, nous travaillons fort à revitaliser le quartier. Pourquoi venir encore domper les projets laids, polluants et bruyant chez nous ? Je comprends les besoins et peut-être même la logistique, mais nous avons assez donné à ce niveau-là.

  • Ce qui me fatigue le plus dans ce dossier, ce n’est pas la cause mais c’est que le Conseil de quartier Maizerets semble être complètement absorbé à régler seul ce problème régional. Ce sont des milliers de dollars des contribuables qui sont votés pour ce dossier.

    Le quartier Maizerets a de la misère a avoir une revitalisation économique soutenue. Plusieurs commerces vivotent. Plusieurs commerces ouvrent et ferment et pendant ce temps le conseil de quartier concentre ses énergies sur des problématiques en périphérie du quartier. Quand ce n’est l’usine de biométhanisation, c’est l’incinérateur et même l’Écoquartier d’Estimauville. Il ne suffit que de consulter les procès-verbaux pour le constater.

    À quand le moment où le conseil de quartier se penchera comment garder les commerces en vie?

Commentaires fermés