Laurence Déry Publié le 2 mai 2015 par | Mis à jour à 07:00

Le livre est mort, vive le livre !

liberez-les-livres

Les 24, 25 et 26 avril derniers, des livres ont été libérés dans la Basse-Ville de Québec afin de souligner la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur. Retour sur l’événement.

Bonjour ! Je suis blogueuse – euh… J’écris pour Monlimoilou.com, un… un site Internet local, et on organise un événement qui s’appelle Libérez les livres en Basse-Ville. Est-ce que c’est possible d’afficher ?  »

SAINT-SAUVEUR, depuis près d’une heure, mes affiches sous le bras. J’ai décidé d’entrer dans ce commerce qui m’intrigue depuis longtemps. Vous savez, celui sur Saint-Vallier, avec de grands aquariums et des habits d’enfants ? Me voilà en train de me présenter à cette dame de l’âge de ma grand-maman. Je me rends vite compte que les mots blogue, blogueuse et Facebook sont sans doute des mots à faible résonance. J’étais à jeter la serviette, mais cette dame, sans doute la propriétaire, me prend de court !

J’vais t’organiser ça ! Mais faut que je visite ma sœur avant ! »

De retour sur mes pas, j’aperçois l’affiche, tel que promis, dans la fenêtre de Mlle M.A. Verret ! J’ai mis aussi une affiche à la Taverne le Duck. À côté, il y avait une affiche pour apprendre à lire et à écrire. Tous les petits coupons avec le numéro de téléphone étaient partis.

LIMOILOU, une semaine plus tôt, toujours affiches sous bras. Je décide d’aller en porter une au Pub Limoilou. Certains m’auraient peut-être dit : « Ben voyons, c’est pas ton public cible ! » Dimanche après-midi pluvieux. Je laisse l’affiche à la serveuse qui va demander à son boss plus tard. On m’interpelle au bar, à la blague, en me disant qu’un tel ne sait pas lire, parle parle jase jase, bien vite une femme me lance : « Aille, j’ai participé l’année passée ! J’ai laissé un livre sur la piste cyclable ! »

Y a-t-il vraiment un public cible pour les livres ? Je me suis posé cette question pendant la promo de l’événement. En faisant ma tournée, je me suis rendue compte que le livre rejoint plus de monde qu’on pense !

Vivre le livre libre !

Alice aux pays des merveilles, Mickey Mouse et J’irai cracher sur vos tombes ont tous déjà été LIVRES INTERDITS. En 1949, des Français se passaient Vian sous le manteau, en Union soviétique dans les années 30, c’était Mickey, et en Chine en 1931, Caroll.

Le week-end dernier, dans Limoilou, Saint-Sauveur et Saint-Roch, vous avez été plusieurs à libérer des livres, jusqu’à quinze ou même cinquante à la fois ! La niche à livre de Boris a eu un blitz de visiteurs alors que dimanche matin, tous les autocollants de Libérez les livres en Basse-Ville étaient partis. Des bénévoles d’Ordi-Livres ont choisi des livres pour les semer dans des autobus. Moi, j’ai laissé une BD pour filles préados sur une machine à bonbons. Elle est peut-être encore là. Peut-être que le concierge l’a ramassée pour sa nièce. Peut-être qu’il l’a frôlée en passant la moppe mais ne l’a pas vue.

Une fois libéré, le livre ne nous appartient plus ! Un livre, c’est bourré de mots en désordre. Même si c’est ordonné et logique, pis que les lettres matchent et que ça fait des mots. Ça passe d’une main à l’autre, d’un cœur à l’autre, d’une table de chevet à l’autre, d’une angoisse à l’autre.

Un livre a toujours deux auteurs : celui qui l’écrit et celui qui le lit – Jacques Salomé

Merci aux facilitateurs !

On se dit à la prochaine fois !

Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePin on Pinterest0Share on LinkedIn0
Mots-clés : ,