Philippe Bourque Publié le 21 janvier 2014 par | Mis à jour à 07:00

Chauffer l’Enfant-Jésus aux super-ordinateurs

Source photo : Wikimedia

Dans une série d’articles publiés l’an dernier par mon collègue Érick Rivard, différentes opportunités étaient proposées pour profiter de la venue de l’agrandissement de l’Enfant-Jésus dans notre quartier. Le froid sibérien qui frappe notre quartier depuis le début de l’hiver m’a donné le goût de vous parler d’une autre idée, soit de réchauffer l’hôpital avec des  super-ordinateurs!

Tout d’abord, il faut savoir que dans un hôpital, la quantité d’air qui doit être renouvelée est très importante, dans le but de ne pas proliférer de bactéries. Il ne suffit donc pas de bien isoler le bâtiment pour obtenir une bonne efficacité énergétique, il faut trouver un moyen rapide de réchauffer l’air neuf qui est apporté aux bâtiments en permanence. Vous comprendrez qu’à -30 degrés Celsius, cela représente beaucoup d’énergie. Évidemment, nous avons de l’électricité abordable au Québec, mais les moyens pour produire cette électricité sont de plus en plus discutés et ne font plus l’unanimité.

Et si l’on faisait d’une pierre deux coups? Nous pourrions convaincre des fabricants de super-centres de données de venir s’installer dans les sous-sols du futur Enfant-Jésus. En effet, ces nouveaux ordinateurs étant refroidis à l’aide des milliers de canalisations remplies d’eau froide, l’eau chaude pourrait par la suite être vendue  à l’hôpital, puisqu’elle permettrait de réchauffer l’air frais qui y pénètre. Et on pourrait même imaginer que les surplus d’eau chaude sont vendus à la ville de Québec, comme à Stockholm qui fournit un réseau d’eau chaude à ses citoyens.

Pourquoi Limoilou ?

Mais pourquoi venir s’installer à Québec, et plus particulièrement à Limoilou plutôt qu’en Europe ou aux États-Unis? Tout d’abord, le coût de notre électricité est abordable, mais cela n’est pas suffisant. Grâce aux controversés gaz de schiste, l’électricité produite aux États-Unis peut être vendue à un prix aussi bas que 2 cents le kilowatt-heure. Même avec les contestés tarifs spéciaux d’Hydro-Québec, le prix ne peut être inférieur à 4 cents au Québec. Par contre, nous avons l’hiver! Les froids sibériens que nous avons connus aux cours des derniers temps pourraient en effet refroidir gratuitement l’eau qui entre dans les super-ordinateurs une bonne partie de l’année. Plus l’eau est froide, moins le super-ordinateur va consommer d’électricité.  Pour le fabricant de l’appareil, cela veut dire qu’alimenter son ordinateur ne coûtera presque rien (un tel appareil peut coûter jusqu’à 150 millions $ et son alimentation en électricité peut représenter l’alimentation de plusieurs dizaines de petites villes).

Finalement, le Québec offre un autre avantage à ne pas négliger : l’énergie consommée sera verte. Plus de gaz de schiste, de charbon, de mazout ou d’énergie nucléaire, ce sera de l’hydro-électricité ou de l’électricité éolienne totalement renouvelable qui fera fonctionner le tout.

Qui pourrions-nous attirer ici ?

Tout d’abord, ce pourrait être le fameux projet du maire Régis Labeaume, le Coffre Fort Virtuel. Ce pourrait être aussi des compagnies comme Apple, Facebook et Google, qui font pousser comme des champignons des centres de données pour nous permettre d’utiliser les réseaux sociaux et nos téléphones intelligents. Mais pour que le projet apporte une réelle avancée pour notre quartier, mais aussi pour notre société, il faudrait attirer des centres d’essais virtuels qu’utilisent aujourd’hui les grands constructeurs automobiles comme BMW.

En effet, plutôt que de faire des essais avec de vraies voitures, plutôt que d’écraser des mannequins contre des murs et de construire des chambres spécialisées pour vérifier l’aérodynamisme, des compagnies comme BMW utilisent maintenant d’énormes ordinateurs pour faire desessais à répétition à peu de coûts.

Avec sa proximité avec le centre-ville et les grands axes routiers, son dynamisme, sa qualité de vie et son marché immobilier encore abordable, Limoilou a tout ce qu’il faut pour attirer ces grandes entreprises. De plus, la ville de Québec a une université capable de former une main-d’oeuvre hautement qualifiée grâce à son département d’ingénierie électrique, informatique, logiciel, physique et mécanique.

Comme vous le voyez, je désire démarrer cette nouvelle année avec des idées de grandeur pour Limoilou. J’aimerais aussi profiter de ce premier billet pour souhaiter à tous les Limoulois un an 14 formidable et rempli d’espérance.

Partager cet article :

Écrire un commentaire


Nom :

Courriel :

Site web :

Attention : avant de soumettre votre commentaire, assurez-vous qu'il respecte notre Nétiquette.

Anti-Spam Protection by WP-SpamFree