Erick Rivard Publié le 29 octobre 2013 par | Mis à jour à 06:55

Écoquartier ou « beau nouveau quartier »?

Avenue D'Estimauville, quartier Limoilou

Je me confesse : je suis de ceux qui aiment bien les reportages photos de notre collègue Jean Cazes. Il se promène aux quatre coins de Limoilou, son appareil à la main et il utilise la photographie pour nous parler de son quartier en mutation, de trucs souvent banals qui nous échappent et pourtant… Rassurez-vous, ce n’est pas de Jean qu’il sera question dans ce billet (!), mais plutôt de sa récente expérience photographique portant sur les premiers balbutiements d’aménagements urbain de l’écoquartier d’Estimauville, qui m’a fait bien réfléchir.

Ma première réflexion : triste de voir l’écoquartier prendre forme sans l’écoquartier qui va avec! Puis, à bien y réfléchir, ces aménagements nous en disent peut-être beaucoup sur la véritable étiquette à accoler à ce quartier qui n’est, par ailleurs, pas prêt de voir le jour. Est-ce que ce sera un écoquartier ou tout simplement un « beau nouveau quartier » remplis de beaux bâtiments?

Revenons sur les principes de base de l’écoquartier au niveau des déplacements, tels qu’énoncés sur le site de la Ville de Québec : « Aménagement d’un réseau de rues dont la conception privilégie les piétons; Réseautage des sentiers piétonniers et cyclables pour promouvoir les déplacements actifs. »

Or, à constater les premiers aménagements, on peut se demander en quoi ces trottoirs et traverses piétonnes de très grande qualité, j’en conviens, mais en tout point conformes aux traverses piétonnes et trottoirs qu’on retrouve partout ailleurs dans la ville, privilégient le piéton? Pourtant, il existe une panoplie de guides et trousses d’aménagement permettant de véritablement mettre le piéton à l’avant-scène. Un de ceux-là, du NACTO (National Association of City Transportation Officials), un organisme à but non-lucratif qui a publié récemment un guide pour l’aménagement des intersections et des rues pour favoriser le piéton. On y retrouve des modèles avant-gardistes allant de la traverse piétonne surélevée, aux renflements de trottoir permettant à la fois des mesures d’atténuation du transport automobile et une grande visibilité pour les piétons, jusqu’aux rues partagées, encore sous-utilisées à Québec.

Bonne nouvelle en terminant, pour d’Estimauville comme pour Pointe-aux-Lièvres, il n’est pas trop tard pour réajuster le tir : le plus gros de ces quartiers restant à faire. Une chose est sure, vous pourrez compter sur Jean pour nous tenir informé!

Source des illustrations : NACTO

Partager cet article :

3 Commentaires

  • Monsieur Rivard, tout de même! Ce que vous ne voyez pas sur la photo est que le sol sous le ciment et sous les blocs et briques est perméable!

    Aussi, un tronçon de la route à gauche, vers l’Est, n’est pas encore asphalté… peut-être que justement il ne le sera pas afin de contenir les eaux de pluie au sol et non dans les systèmes d’aqueduc.

    Tout n’est pas encore fait! Vous tirez vite sur la gâchette en disant qu’il est temps de réajuster le tir! Le tir est ajusté… Laissez le soin aux élus municipaux en campagne électoral présentement ou encore aux fonctionnaires après le 3 novembre pour vous démontrez l’harmonisation de l’œuvre en lien avec la mobilité durable.

    lol

  • Monsieur Étienne,

    Ce billet se veut avant tout un “éveilleur de conscience”. Plusieurs croient encore qu’un éco-quartier est un quartier “normal” avec de beaux bâtiments écolo… Alors qu’il n’en est rien. Quand je vois que les trottoirs, les passages piétons, réalisés à grand coût, sont les mêmes qu’ailleurs avec les mêmes largeurs qu’ailleurs, je me pose des questions sur l’innovation de ce quartier en ce qui touche la circulation active… Les plans ont été largement véhiculé, les premières interventions ne permettent en effet pas de juger de l’ensemble, mais soyons vigilants!

    P.S.En passant, du sol en pierre compacté sous du bloc de béton n’est absolument pas perméable, seul le bloc de béton perforé peut atteindre certaines propriétés de perméabilité! Et comme vous, je souhaite aussi ardemment que les eaux de pluie de surface soient pris en compte dans les aménagements, ce qui n’est pas le cas sur les tronçons réalisés!

  • Mon billet était sacarstique et ne vous visait nullement. Il visait une situation questionnable selon les ouvrages effectués à date, dans le même sens que vous l’avez soulevé mais certes avec moins de précision et de crédibilité.

Écrire un commentaire


Nom :

Courriel :

Site web :

Attention : avant de soumettre votre commentaire, assurez-vous qu'il respecte notre Nétiquette.

Spam Protection by WP-SpamFree