Viviane Asselin Publié le 23 décembre 2011 par | Mis à jour à 04:49

♬ Roch things you do, make Limoilou very proud of you ♬

Roch Voisine Cégep Limoilou

Quand on apprend que Roch Voisine a composé Hélène à Limoilou, on l’imagine sur les rives de la rivière Saint-Charles, seul sur un rocher, les yeux dans l’eau (brune), et on est impressionné par la puissance de l’imagination qui l’habitait au début des années 1980. « Mon rêve était trop beau », en arrive-t-il d’ailleurs à chanter. Depuis, Hélène est partie et l’eau brune de la Saint-Charles aussi, mais le public, lui, est resté fidèle à ce jeune homme qui jouait au hockey pour les Titans du Cégep Limoilou. Aussi le 14 décembre dernier la fièvre était-elle au country d’Americana au Capitole de Québec.

Roch Voisine au Capitole de QuébecMon exil en haute-ville, hors du bastion limoulois, était pour une bonne cause : la Fondation du Cégep Limoilou lançait les festivités de ses 10 années d’existence avec un souper-spectacle-bénéfice; Roch Voisine, en tant qu’ancien étudiant, en était l’invité d’honneur. Les activités de financement et les campagnes de souscription auront permis d’amasser 70 000 $ cette année, lesquels s’ajoutent aux 1 724 000 $ recueillis depuis la création de la Fondation en 2002. Destinés à soutenir les étudiants dans la poursuite de leurs études collégiales, ces fonds sont distribués sous la forme de bourses d’études et d’aide financière à des projets institutionnels et pédagogiques, dont la communauté peut en outre profiter (notamment la modernisation des équipements sportifs et culturels). Ainsi, non seulement la Fondation appuie-t-elle le bien-être, la réussite et la diplomation des élèves, mais elle contribue également au développement économique, social et culturel de la Ville de Québec. La promotion des réalisations des étudiants et des membres du personnel rejaillit tout particulièrement sur le Cégep Limoilou, dont la notoriété profite de ces succès.

Roch Voisine, Titans de LimoilouLe passage de Roch Voisine en ses murs n’est pas pour lui nuire non plus, d’ailleurs. À voir la fébrilité des spectateurs à l’écoute des musiques du répertoire américain des 50 dernières années qui composent Americana, le Cégep Limoilou peut compter sur un illustre ambassadeur. Le chanteur peut bien prétendre ne pas se reconnaître sur la photo que lui a remise la Fondation, où on le voit, en 1983, en habit des Titans; le public, lui, n’oubliera pas son visage ni ne cessera de l’aimer (contrairement à Hélène).

Partager cet article :

Écrire un commentaire


Nom :

Courriel :

Site web :

Attention : avant de soumettre votre commentaire, assurez-vous qu'il respecte notre Nétiquette.

Anti-Spam Protection by WP-SpamFree